Décédé dans la nuit du 6 au 7 juin, le plasticien presque centenaire tissait depuis près de vingt ans un lien fort avec Saint-Gratien. Ce vendredi, la ville dévoile sa dernière création originale réalisée pour la municipalité et lui rend hommage.

Sur la mairie de Saint-Gratien, la devise républicaine écrite avec l’alphabet créé par Jacques Villeglé.

« Sa présence est, et restera, longtemps parmi nous », a publié sur ses réseaux sociaux la municipalité de Saint-Gratien. C’est avec émotion que la ville évoque l’histoire particulière entretenue durant une vingtaine d’années avec celui qu’elle surnomme « le grand-père de l’art urbain ». Jacques Villeglé est tout juste décédé à l’âge de 96 ans, dans la nuit du 6 au 7 juin. « C’était un artiste mondialement connu », témoigne-t-on dans cette commune de 20 000 âmes.

Né en 1926, le Breton Jacques Mahé de la Villeglé, plus tard abrégé Villeglé, étudie la peinture et le dessin aux Beaux-Arts de Rennes. Ensuite parisien, il participe à l’émergence du nouveau réalisme dans les années 1960, un mouvement qui s’oppose à la peinture abstraite et s’attache à décrire une réalité sociale. Reconnu aussi pour l’intégration dans ses œuvres d’affiches urbaines lacérées, le plasticien crée un alphabet « sociopolitique ». Le « A » de l’anarchisme ou encore l’insigne nazi en guise de « X », les lettres sont détournées de leur symbolique et utilisées afin d’écrire diverses phrases.

Une démarche artistique qu’il a employée pour auréoler le fronton de la municipalité gratiennoise du précepte « Liberté-Égalité-Fraternité », en lettre métallique. « Une devise républicaine faite par un artiste ce n’est pas si courant », souligne Carine Roma, directrice de l’espace d’art contemporain de la ville, qui confie que ce projet « avait vraiment touché Jacques Villeglé ». Et pour cause, le plasticien connaît bien Saint-Gratien.

Une commune « orpheline de son parrain artistique »

Directrice des affaires culturelles de Saint-Gratien au début des années 2000, Carine Roma avait fait appel à lui pour exposer ses œuvres lors de la première manifestation d’art contemporain de grande ampleur organisée par la ville. Par la suite, la municipalité ouvre un lieu d’art contemporain qui prend pour nom celui de Jacques Villeglé, comme un hommage. « Il a accepté tout de suite ! », se souvient Carine Roma.

Une des oeuvres créées par Jacques Villeglé pour la ville.

Se tisse alors une relation forte entre la ville et l’artiste. « Nous organisons environ trois expositions par an. Il venait régulièrement aux vernissages et aux événements pour rencontrer les artistes », confie la directrice du lieu. Et au sein même de cet espace culturel, loge une sculpture originale réalisée par Jacques Villeglé : le mot « art » en lettre d’or, écrit avec son alphabet « sociopolitique ». « Son empreinte marquera à jamais la vie de notre commune », ajoute la municipalité.

Ce vendredi 10 juin, Saint-Gratien va dévoiler la dernière œuvre créée spécialement pour la municipalité. « Jacques Villeglé s’est approprié la carte de la ville en la dessinant à sa manière. Pour rendre le projet pérenne, et dans une volonté de mettre de l’art dans l’espace public, nous l’avons fait reproduire sur une céramique », souffle Carine Roma, émue. Si cette inauguration devait normalement se faire en présence de l’artiste, elle prend désormais une tout autre tournure ; celle d’une cérémonie hommage organisée par une commune « orpheline de son parrain artistique ».